dimanche 5 juin 2011

CORNET : de VAUX en AMIENOIS au grand chamboulementent


On était de Vaux depuis ...toujours....
Il sembalit que c'était inscrit pour l'éternité !

  • En 1712, Jean CORNET était témoin du mariage de Gourguechon/Gavois.
  • En 1693, Jean CORNET laboureur, de MONCHY FRÉMONT (commune de VAUX) mariait son fils Jean CORNET, laboureur né et Baptisé le 16 Févrer 1651 à Jacquelaine PETIT de cette même paroisse.
  • Le 2 Avril 1697, naissait leur fils Jean CORNET.
  • Le 1er Février 1727, naissait Jean Baptiste CORNET qui épousa le 30 janvier 1751 en seconde noce Françoise LEROY, elle même de VAUX (sa 1ère épouse était Marie Thérése BLANDUREL dont on retrouve les origines à Vaux en 1661. (les BLANDUREL sont de notre branche aussi par la mère de Maman Fernande Agathe BLANDUREL). Il était berger, comme l'était très certainement son père Jean, son grand père Jean, son arrière grand père Jhean.
  • Le 18 Octobre 1765, naissait Augustin CORNET qui devint dès son plus jeune âge, dans la ligne de la tradition familiale, berger .
  • Le 14 Décembre 1788, à la veille de la révolution française, naissait Hubert Fuscien CORNET qui épousa en 1ère noce aussi une Thérése BLANDUREL, et en 2ème noce en 1829, notre aïeule Florence BOUCHER. Le métier de berger était occupé par plusieurs de ses frères, et le tissage à façon (chez soi) qui depuis longtemps existait dans tous les villages des environs d'Amiens prenait de l'ampleur, chaque foyer de Vaux vivait depuis déjà bien longtemps au rythme du cliquetis des métiers. Quasiment tous étaient "saiteurs" en même temps que "manouvrier" dans les fermes
  • Le 10 Février 1827 naissait Calix Prospère saiteur et journalier dans les fermes en fonction des saisons. la vie était de plus en plus difficile, il fallait exercer 2 métiers, et en plus le soir très tôt le matin jardiner son potager pour nourrir la famille. on n'avait pas un jour de répit.
Calix prospère allait être un des premiers CORNET, mais aussi un des premiers habitants de VAUX en AMIENOIS à quitter le village, et à "émigrer" vers ... la modernité... Il ira travailler à l'usine nouvellement implantée à AILLY sur SOMME, espérant une vie meilleure pour sa famille... !!